Accueil / La « porosité » des universités aux pseudo-médecines : un classement du collectif Fakemed

La « porosité » des universités aux pseudo-médecines : un classement du collectif Fakemed

Publié en ligne le 20 janvier 2020 - Pseudo-médecines -

Le collectif FakeMed est un groupe de professionnels de la santé qui lutte contre les pratiques médicales non basées sur des faits scientifiquement validés. Il s’est fait connaître à l’occasion d’une tribune publiée dans Le Figaro le 18 mars 2018 [1] dénonçant des pratiques assimilables au charlatanisme, qui « recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l’efficacité illusoire ». Les signataires déclaraient se désolidariser de « ces pratiques qui ne sont ni scientifiques, ni éthiques, mais bien irrationnelles et dangereuses ».
L’homéopathie était particulièrement visée, même si d’autres formes thérapeutiques étaient aussi mentionnées. On peut penser que cette tribune a contribué à la décision de dérembourser l’homéopathie à brève échéance. Notons que des signataires de la tribune ont été convoqués devant des instances disciplinaires de conseils régionaux de l’Ordre des médecins suite à une plainte du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF).
Au-delà de la question du remboursement de traitements sans efficacité démontrée, la tribune dénonçait aussi l’existence de diplômes universitaires « appuyés sur des pratiques dont l’efficacité n’aura pas été scientifiquement démontrée ».
Et de fait, les soins de nature « non scientifique » sont pratiqués par des médecins mais aussi toujours enseignés dans certaines universités, même si quelques-unes ont annoncé mettre fin à cette situation pour ce qui concerne l’homéopathie (Lille, Angers).

Le collectif FakeMed a donc recensé les politiques des diverses facultés de médecine sur le sujet des pseudo-médecines. Sur la base de ce recensement, il a établi un classement avec une méthodologie nécessairement subjective, mais cependant clairement explicitée [2]. Le score se construit en comptant les points de « porosité » (cours obligatoires : 5 points ; cours facultatifs : 4 points ; délivrance d’un diplôme d’université : 3 points, etc.) modulés par différents « malus » (points ajoutés s’il existe plus d’un diplôme d’université, si le doyen développe un discours en faveur des pseudo-thérapies, s’il existe une consultation hospitalière mettant en œuvre une de ces thérapies, etc.) ou « bonus » (points enlevés si le doyen développe un discours rejetant le recours aux fausses thérapies – ce qui peut conduire à un score négatif).
Trois établissements se distinguent particulièrement pour leur « porosité aux pseudo-sciences » : Lyon Sud, Paris 13-Bobigny et Strasbourg. On y retrouve en effet des « formations qualifiantes » en homéopathie, acupuncture, mésothérapie, et autres médecines dites complémentaires. Les positions exprimées publiquement par les doyens sur ces pratiques interviennent également dans l’évaluation. Notons cependant qu’à l’opposé, une dizaine d’universités se distinguent avec un score de porosité égal à zéro, voire négatif (Angers), grâce à des prises de position très explicites de leur doyen.
Les pratiques pseudo-scientifiques n’ont pas leur place dans le système de formation médical et l’indicateur mis en place par le collectif Fakemed met en évidence que de trop nombreuses universités accueillent encore des enseignements de pratiques qui ne sont pas conformes à une médecine basée sur des faits (evidence-based medecine). Rappelons aussi que l’homéopathie dispose toujours d’une dérogation pour la mise sur le marché de ses produits, la dispensant de tout dossier d’évaluation d’efficacité et lui permettant ainsi de présenter ses granules comme des médicaments, alors qu’ils n’ont fait l’objet d’aucune évaluation.


Partager cet article


L' auteur

François-Marie Bréon

François-Marie Bréon est chercheur physicien-climatologue au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement. (...)

Plus d'informations