Accueil / Notes de lecture / Idées reçues sur les dinosaures

Idées reçues sur les dinosaures

Publié en ligne le 26 janvier 2020
Idées reçues sur les dinosaures

Éric Buffetaut
Le Cavalier Bleu (2e édition revue et augmentée), Coll. idées reçues, 2019, 158 pages, 20 €


Les dinosaures : dès que l’on parle d’eux, une certaine excitation s’empare de nous. Estce à cause de l’image que l’on s’en fait : des animaux gigantesques, paressant dans des marais ? Ou bien de leur fin brutale que l’on imagine dramatique sans en connaître précisément la raison ? Ou encore de leur vie périlleuse émaillée de féroces combats ?

Dans son dernier ouvrage, Éric Buffetaut, paléontologue et directeur de recherche au CNRS, combat toutes ces images qui peuplent notre esprit. Son objectif n’est pas de nous expliquer, comme le font tant d’autres livres, ce que sont les dinosaures, mais de montrer que des conceptions qui ont perduré tout au long de la fin du XIXe siècle et au XXe siècle sont aujourd’hui largement abandonnées. Non, les dinosaures n’étaient pas tous gigantesques (certains mesuraient à peine deux mètres de long et on a même trouvé en Chine le Microraptor zhaoianus, à peine plus gros qu’un petit oiseau) et ils étaient parfaitement adaptés à la vie terrestre. Non, leur fin brutale n’est pas inconnue : on sait avec certitude désormais qu’ils ont disparu il y a environ 66 millions d’années suite à la chute d’un gros astéroïde dans le golfe du Mexique. D’ailleurs peut-on vraiment dire qu’ils ont disparu puisque les oiseaux sont leurs descendants ? Enfin, s’il y eut sans doute de féroces combats entre carnivores et herbivores, ce n’était probablement pas le quotidien de tous ces sauriens.

Mais ce ne sont pas les seules idées reçues à être ainsi remises en question dans cet ouvrage. Par exemple, alors qu’on croit volontiers que les ptérosaures (très grands reptiles volants du Trias) faisaient partie des dinosaures, l’auteur nous apprend qu’il n’en est rien, les dinosaures n’ont jamais peuplé les airs (si ce n’est par leurs descendants, les oiseaux) ni les mers. Une autre idée répandue, surtout depuis la sortie du film ) Jurassic Park, est qu’il serait un jour possible de faire revivre ces animaux à partir de leur ADN. Hélas, même si l’on peut imaginer que les progrès de la biologie rendent une telle manipulation possible, il semble bien que la fragilité de la molécule d’ADN nous impose d’abandonner aujourd’hui cet espoir : sa conservation au-delà de quelques milliers ou dizaines de milliers d’années est fort improbable 1.

Ce livre pour tout public, qui s’appuie sur les découvertes les plus récentes en la matière, permet à chacun de mettre à niveau ses connaissances dans une des branches les plus passionnantes de la paléontologie et d’effacer l’image d’échec de l’évolution qui s’est attachée aux dinosaures.

1  « On a pu en extraire, au prix de mille difficultés, dans des ossements d’hommes de Néandertal, qui remontent à une cinquantaine de milliers d’années »p. 119).


Mots clé associés à cet article

Cet article appartient au sujet : Vulgarisation scientifique

Autres mots clés associés : Science

Publié dans le n° 330 de la revue


Partager cet article


Auteur de la note

Thierry Charpentier

Ancien ingénieur système en informatique, spécialisé dans (...)

Plus d'informations